01 February 2022

Kinéis intègre le programme French Tech Next40 pour la seconde année consécutive !

Kinéis est reconnue une nouvelle fois comme l’une des 40 start up françaises les plus prometteuses. En 2020, Kinéis réalise une levée de fonds historique de 100 millions d’euros auprès d’acteurs français et finance sa constellation de nanosatellites dédiée à l’Internet des Objets (IoT). Depuis sa première sélection au programme French Tech Next40, Kinéis continue de croître et ouvre une filiale à Washington. Des opérateurs tels Orange, Deutsche Telekom et UnaBiz à Singapour s’appuient sur son expertise et son expérience pour développer leurs stratégies de connectivité satellitaire globale. Côté développement, Kinéis a passé des étapes majeures de la fabrication des 25 nanosatellites qui seront mis en orbite par le lanceur néo-zélandais Rocket Lab dans 18 mois, et commencé à déployer ses infrastructures au sol.
Kinéis continue d’émuler la filière nanosatellites industriels français en participant à des projets de recherche comme le RF Space Lab avec Loft Orbital et Ternwaves ainsi qu’au programme Eurostars au niveau Européen.

Télécharger le communiqué de presse

 

La jeune start-up basée à Toulouse, qui compte aujourd’hui près de 60 collaborateurs, s’efforce d’être au rendez-vous des attentes de ses partenaires notamment CLS, le CNES, Bpifrance, via le fonds Sociétés de Projets Industriels (SPI), financé par le Programme d’investissements d’avenir et la Banque Européenne d’Investissement, l’Ifremer, Thalès, CELAD, BNP Paribas Développement et HÉMÉRIA. Et pour cause, l’IoT satellitaire donne une toute nouvelle possibilité de connecter des objets fixes ou mobiles partout autour du globe. Des secteurs d’activités tels que les transports et la logistique, les réseaux et infrastructures ou encore l’agriculture s’affranchissent grâce aux satellites des problématiques liées à la couverture et à la discontinuité des réseaux terrestres. Avec 7 satellites déjà en orbite et 25 supplémentaires l’année prochaine, Kinéis propose une connectivité bas-débit et basse consommation dont l’intérêt et le principe sont éprouvés depuis plusieurs dizaines d’années déjà.

Kinéis donne également un coup d’accélérateur à son développement aux États-Unis, avec l’ouverture d’une filiale et l’obtention de licences radiofréquences locales, très prisées par les opérateurs télécom.

De nombreux terminaux nouvelle génération sont déjà utilisés pour le transport multimodal, l’agriculture extensive, la télémétrie, les engins de chantier ou encore la détection de feux de forêts. La connectivité satellitaire globale est le complément naturel des réseaux IoT terrestres traditionnels. Avec un seul terminal hybride et des données reçues sur la même plateforme au même format, c’est une combinaison entièrement transparente pour l’utilisateur. Des partenariats récemment conclus avec des opérateurs terrestres tels que Orange, Deutsche Telekom ou UnaBiz à Singapour sont de bon augure pour de prochains déploiements à grande échelle.

À la pointe de l’innovation, la connectivité extrêmement fiable et continue en tous points du globe de Kinéis participe activement à de grands projets de recherche et développement. Le RF Space Lab, un laboratoire radiofréquence en orbite réalisé avec Loft Orbital et TernWaves dans le cadre du plan spatial national, a pour objectif de faciliter l’accès à l’Espace dans une logique agile et partagée. L’IoT satellitaire de Kinéis est également partie prenante de deux projets européens dans le cadre du programme Eurostars.

Les 25 nanosatellites de la future constellation sont maintenant en phase de fabrication, en vue de leur lancement l’année prochaine depuis la Nouvelle Zélande par Rocket Lab. Répartie sur 5 lancements, l’intégralité de la constellation sera déployée et le service opérationnel complet ouvert en quelques mois seulement. Les infrastructures au sol suivent le même rythme soutenu de développement avec la première parabole déjà installée et des sites stratégiques à haute latitude sécurisés. ANGELS, le premier nanosatellite industriel français réalisé par la même équipe technique vient de voir sa durée de vie opérationnelle doublée, ce qui est de bon augure pour la constellation.